Policier municipal

Sur le terrain, le gardien de police municipale assure la sûreté publique, veille à l’application des arrêtés municipaux, dresse éventuellement des procès-verbaux, relève certaines infractions au Code de la route…
 
Demande de documentation

Près de 21000 policiers municipaux travaillent en France. Ces fonctionnaires appelés aussi gardiens de la police municipale sont employés par les maires pour assurer la sécurité publique dans les collectivités.

Une police de terrain et de proximité

Placé sous l’autorité du maire, le gardien de police municipale assure des missions de prévention, de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sûreté et de la salubrité publiques.

Ses activités sont variées et dépendent de chaque ville. Il recherche et relève les infractions, rédige et transmet des écrits professionnels, accueille les publics, s’occupe de la permanence et de l’organisation du service de police municipale, anime et pilote une équipe. Il peut aussi être amené à effectuer des activités plus spécifiques comme celles liées à l’application des règles relatives au port, au transport, au lieu de détention des armements, à la formation au tir et au maniement des armes.

Homme de terrain, il assure une relation de proximité avec la population, joue un rôle de relais entre les habitants et la mairie. Ouvert et accessible, on le trouve à la sortie des écoles, sur les marchés, dans le secteur piétonnier, dans les quartiers sensibles, au cœur des différentes manifestations sportives et culturelles organisées par la ville.

Dans tous les cas, il est chargé de faire respecter les arrêtés de police du maire et d’exécuter les directives qu’il donne dans le cadre de ses pouvoirs de police. S’il s’y oppose ou outrepasse ses droits, il risque des sanctions administratives et pénales.

Une présence extérieure et un travail d’équipe

L’agent de police municipale travaille le plus souvent hors du bureau de police, son rythme de travail varie en fonction des événements, il peut aussi être soumis à des astreintes. Il travaille toujours en équipe, le plus souvent en binôme, est en relation avec l’ensemble des services (prévention, surveillance d’événements), avec les services techniques, sociaux, juridiques, scolaires, culturels, sportifs… Il peut aussi être amené à coopérer avec les services de police des communes voisines, avec la préfecture, les services judiciaires, les affaires sociales, les services des douanes ou encore la police des airs et des frontières selon la situation géographique.

Il porte l’uniforme, doit détenir une carte professionnelle, et peut porter une arme selon les directives du maire.

 

Épreuves du concours de Policier municipal : 

Les candidats passent d’abord deux épreuves écrites d’admissibilité de français. Si leur note est suffisante, ils doivent ensuite réussir les épreuves d’admission orales et sportives.

Les épreuves écrites d’admissibilité (2h30)

Elles se composent de deux exercices, notés chacun entre 0 et 20 :

  • la rédaction : le candidat doit rédiger un rapport à partir d’un dossier relatif à un événement survenu dans un lieu public (1h30, coefficient 3)
  • l’analyse : il s’agit de répondre à des questions sur un texte distribué au début de l’épreuve et d’expliquer une ou plusieurs expressions figurant dans le texte (1h, coefficient 2).

Le candidat est éliminé s’il obtient une note inférieure à 5/20 dans l’une de ses deux épreuves.

S’il réussit les épreuves écrites d’admissibilité, il est convoqué pour passer les tests psychotechniques. Ces derniers sont anonymes, non éliminatoires et servent à évaluer la capacité psychologique du candidat à réagir et à affronter certains événements. Les résultats des tests sont transmis aux membres du jury lors de l’épreuve orale d’admission.

L’épreuve orale d’admission (20 minutes, coefficient 3)

Elle consiste à s’entretenir avec le jury sur :

  • le fonctionnement général des institutions politiques françaises, l’organisation administrative de l’Etat (pouvoir exécutif, législatif, conseil départemental, Région…), les institutions judiciaires, l’organisation des collectivités territoriales, la police nationale, la gendarmerie…
  • la motivation du candidat, sa personnalité en se basant sur les résultats des tests psychotechniques (voir plus haut).

L’épreuve sportive d’admission (coefficient 1)

Il s’agit d’une course à pied de 100 mètres, puis au choix d’une autre épreuve physique parmi les disciplines suivantes : saut en hauteur, saut en longueur, lancer de poids (6 kg pour les hommes, 4 kg pour les femmes) ou natation : départ plongé, 50 mètres en nage libre. Le choix se fait au moment de l’inscription au concours.

Les barèmes de notation des épreuves physiques varient en fonction du sexe du candidat.

 

Exemple de répartition horaire hebdomadaire pour la prépa annuelle Policier Municipal du Centre Sully :

L’accompagnement des élèves en prépa Policier Municipal au Centre Sully se fait toujours en effectif limité par classe ce qui permet une meilleure personnalisation des cours selon le profil et besoin des élèves.

Du soutien complémentaire gratuit est également proposé pour les élèves rencontrant des difficultés sur un ou plusieurs des modules de la prépa Policier Municipal.

La préparation au concours de Policier Municipal peut s’effectuer de différentes manières au Centre Sully d’Angers et du Mans selon le niveau de l’élève, ses contraintes d’emploi du temps et également ses contraintes financières.

Les préparations au Centre Sully se caractérisent par des effectifs restreints (12 à 22 élèves maximum par classe) permettant un accompagnement personnalisé de chaque candidat tout au long de sa formation.

Taux de réussite des élèves du Centre Sully préparés au concours de Policier Municipal : 87% (moyenne des résultats sur les 3 dernières années).

  • Préparation annuelle (22h/sem) : 1 875 €

De septembre à mars (hors vacances scolaires), à raison de 22 heures par semaine, réparties sur quatre journées.

A partir d’avril, oraux complémentaires inclus pour les élèves admissibles.

  • Préparation courte durée (22h/sem) : 1 275 €

De janvier à mars (hors vacances scolaires), à raison de 22 heures par semaine, réparties sur quatre journées.

A partir d’avril, oraux complémentaires inclus pour les élèves admissibles.

  • Formules personnalisées (30h, 20h, ou 10h) : 575€ / 470€€ / 265€ €

Le Centre Sully peut également proposer des formules personnalisées de 10h à 30h adaptées à la situation et à l’’emploi du temps d’’un ou plusieurs candidats.

Le paiement des frais de formation peut être échelonné mensuellement sans frais. 

Sachez que si vous êtes boursier, vous pouvez bénéficier de notre programme « Egalité des chances » vous permettant d’obtenir une prise en charge partielle du coût de votre préparation concours par le Centre Sully.

Vous pouvez également bénéficier de notre « Offre de parrainage » si vous êtes parrainé par un élève du Centre Sully ou si vous êtes plusieurs étudiants à vous inscrire à nos préparations concours.